The Empty House


Ace of Base
septembre 12, 2007, 11:29
Filed under: Politique, Presse

Les éditos du Point, c’est un peu l’Ace of Base sarkozyste. Ils fédèrent autour d’eux tous les admirateurs du Président, grâce à des mots simples, forcément optimistes et qui doivent leur redonner la pêche, en ces temps de relative baisse dans les sondages.
Si toute la France passait à gauche, le Point, tel le village d’Asterix, serait le dernier refuge pour tous les sarkophiles. C’est beau de voir des gens être prêts à débiter des stupidités, d’utiliser la mauvaise foi la plus évidente, juste pour réchauffer le cœur de leurs petits camarades.

Dernier exemple en date: en fait le bouclier fiscal, c’était pour les pauvres!

Mais, à l’opposé, les ménages « pauvres » qui bénéficieront, eux aussi, du bouclier sont 194 136. Ce sont les ménages qui ne sont pas assujettis à l’ISF et dont les revenus, inférieurs à la dernière tranche – 3 191 euros par part -, ne sont pas imposables ! De vrais « pauvres », dont le cas – présenté par Bercy – de cette mère célibataire élevant seule son enfant est exemplaire. Disposant d’un revenu annuel de 10 500 euros dont 8 700 au titre de l’allocation de parent isolé, elle paie 100 euros de taxe d’habitation et 1 400 euros de taxes foncières. Sur le plan fiscal, l’allocation de parent isolé n’est pas considérée comme un revenu pris en compte dans le calcul de la base imposable. Ses revenus sont donc de 1 800 euros (10 500 – 8 700). Comme elle paie 1 500 euros d’impôts locaux et fonciers, le bouclier fiscal s’applique. Le fisc lui restituera donc 600 euros (1 500 – 1800/2)

Vous en connaissez beaucoup des pauvres qui sont propriétaires de leur logement ? Non, mais tant que la chanson continue, nous n’avons pas fini de valser.

« Happy nation living in a happy nation
Where people understand
And dream of the perfect man
A situation leading to sweet salvation
For the people for the good
For mankind brotherhood »

Publicités


Presse étrangère
juin 19, 2007, 10:47
Filed under: Politique, Presse

Dans un article de 20 minutes, à propos de la mauvaise presse de Ségolène Royal à l’étranger :

Le quotidien suisse «le Temps» voit dans cette révélation [de sa séparation avec Hollande] une manifestation de l’égocentrisme de l’ex-candidate à la présidentielle[…] Le journaliste cite Benoît Hamon, l’un des porte-parole du PS, qui regrette la tendance à «vouloir tout ramener à soi» de l’ex-compagne de François Hollande.

C’est bizarre, moi cette description me rappelle quelqu’un d’autre. Celui précisément que l’on voyait partout avant le deuxième tour de législatives. Passons. Prétendre qu’elle a rompu juste pour faire l’intéressante, c’est un peu fort- ceci dit que je crois que moment pour l’annoncer n’a pas été choisi au hasard-



La chute du « Monde »
mai 24, 2007, 11:32
Filed under: Politique, Presse

Ce sont les adieux de Jean-Marie Colombani, et visiblement, une page qui se tourne dans l’histoire du journal « Le monde ». Ce quotidien, auquel je fus abonnée un temps fut, n’a dernièrement cessé de me décevoir : publications d’articles systématiquement partisans ou basés sur des sources dont on peut discuter la validité, manque de recul vis-a-vis des deux candidats a la présidentielle, portraits hagiographiques etc…

“la voix de la France”

La liste de griefs est longue, pour ne parler que des articles. Quand on nous présente une nouvelle médiatrice du journal, Véronique Maurus, elle ne fait que reprendre le bon vieux rôle de défense pied a pied des journalistes, en ne concédant des erreurs que sur des broutilles et non pas sur le fond. En bref, le Monde est incapable de faire son auto-critique, comme il a été incapable pendant la campagne de nous offrir une information objective. On ne peut trop le lui reprocher dans le fond, il s’agit d’un mal qui touche l’ensemble de la presse et qui n’est pas prêt de se résorber. En attendant, je me contenterai du site web du journal, des pages « horizons » qui sont parfois intéressantes, (à l’exception des tribunes de Bernard Henri Lévy) et plus également des réactions des lecteurs qui sont bien souvent plus pertinentes que l’article lui-même.
Il faut bien se faire une raison, le « journal de référence » n’est plus. C’est toute la démocratie qui va en souffrir à long terme, mais bizarrement, l’agonie de la presse se fait en silence.