The Empty House


Ex abundancia cordis
juin 12, 2008, 10:50
Filed under: Ecrits | Étiquettes:

========
Je vous aurai prévenus….
========

C’est bien lui que je regarde. L’instant d’avant, j’étais devant sa porte, un peu fébrile.
Ces dernières années, nous nous sommes appliqués à dessiner un point de fuite imaginaire, quelque part entre l’amitié et le sexe. Une autre réalité, faite de rencontres épisodiques, hantée par nos silences.
Je le retrouve ce soir.
Et déjà je le déshabille; son corps a gagné en vigueur, comme figé, taillé dans un marbre que j’effleure de mes doigts d’esthète. Mais c’est le désir qui me saisit, cet élan presque suicidaire qui me précipite vers lui avec violence. Il sait l’apaiser, de caresses seulement, et enfin, je me livre à sa puissance qui m’immerge et me transperce.
Puis viennent ces moments privilégiés, lorsque le corps est enfin rassasié, et que l’esprit se fait plus clair. Cette façon qu’il a de me regarder et que je n’arrive pas à soutenir. Cette étrange pudeur qui nous sépare soudain. Je me tiens, un peu à distance et sans rien dire, de peur faire sombrer un moment dont l’équilibre ne tient qu’à un fil.
Je m’essaie tout de même pour un instant à un exercice de haut vol : deviner les pensées d’un homme. Il n’est personne qui avance mieux caché. Pour le suivre pas à pas, il faut emprunter les chemins de l’ombre, les clartés obscures. Marcher dans les plaines sombres, pourchasser les coursiers de la lune. Mon esprit, plombé par le poids de mon corps fatigué, ne se prête pas à cette folle équipée : de conjectures en conjectures, mes yeux se ferment et je bascule dans le rêve.
Au réveil, j’ai le cœur léger, le sourire aux lèvres. Je suis son amie, je crois. Je suis bienveillante et douce, comme j’aime à l’être avec lui, comme il me connait. Je babille, il m’écoute avec indulgence pendant que nous marchons ensemble dans la ville. Le temps semble s’être arrêté, et plus rien ne m’importe. L’instant d’après, c’est déjà loin…
Tout ce que j’en sais, ce qu’il me reste repose ici. Pour écrire, il faut d’abord vivre, vivre intensément. Et si j’ai encore quelques phrases à mettre sur le papier, c’est grâce à lui.

Publicités

Un commentaire so far
Laisser un commentaire

Super !

Commentaire par antennerelais




Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s



%d blogueurs aiment cette page :