The Empty House


Nocturne VIII
novembre 29, 2007, 11:23
Filed under: 1

Pour les épisodes précédents, entrer “Nocturne” dans le moteur de recherche

Chaque jour je franchis le seuil de cet appartement, et je sais déjà qu’à peine un pied posé sur le sol, les robots sortiront de la torpeur dans laquelle mon absence les plonge apparemment. Leurs odieux petits corps s’illumineront et par quelques tours de chien savant, ils chercheront à me distraire avec leur maladresse de machine, leur stupidité.
Je m’assois chaque fois sur le même fauteuil, sur de faire face à un cadre, qui aligne fièrement mes décorations militaires. J’ai essaye de m’en débarasser une dizaine de fois, sans succès : le robot qui tire les déchets reconnaît les métaux rares, et croyant a une méprise, il s’assure que les rubans désuets retrouvent leur place au plus vite. Il me semble presque, des fois, voir un sourire sardonique se dessiner sur le rectangle incolore qui lui sert de visage.
Je décidai de m’allonger ce soir là, l’esprit encore amolli par l’Arche, revoyant les yeux fermés la lumière et les couleurs qui s’enchevêtrent. Doucement le rêve prit racine, s’étendit dans mon esprit, flamboyant. Je me vis courant dans les forets des origines, saisissant à mains pleines les fleurs et les fruits. Des paysages inconnus mais magnifiques se détachaient au loin, et je sentais battre en moi l’ardeur de la jeunesse. Je m’en abreuvais, à des ruisseaux cristallins et chaque arbre, chaque plante vibrait et débordait d’énergie pure. Mon pouls s’accélérait, s’accélérait sans limite…
Le coeur au bord des lèvres, et si près d’accéder enfin au mystère, je rouvris les yeux. La sensation de soif était devenue insupportable. Je me servis un verre, que j’avalais d’un trait sans même en sentir le goût, puis m’en versais difficilement un deuxième. Mes mains tremblaient et pris de vertige, comme vide de mon sang, je sentis tout a coup que j’allais mourir à l’instant.
Je paniquai, cherchai à faire un mouvement, mais mes muscles ne répondaient plus et la sensation s’amplifiait jusqu’à l’horreur, le noir se faisait devant mes yeux, la chaleur me quittait. Puis lentement, la lumière revint, par touches, les couleurs et les sons. L’appartement.
Une musique familière retentit, que je me souvins ne pas avoir entendu depuis longtemps. C’était un avertissement de sécurité, une personne souhaitait me rendre visite. Je titubai jusqu’à l’écran, peu pressé de savoir. Son nom s’afficha en grosses lettres noires sur blanc : ANDREA CRELLIUS. Elle était revenue.

Global Groove, Nam June Paik, 1973

Publicités


Get Naked II
novembre 28, 2007, 10:40
Filed under: 1 | Étiquettes: , ,

Pour me faire pardonner de mon peu d’assiduité ces derniers temps, cliquer ici.Miam.



Les communistes…
novembre 20, 2007, 11:09
Filed under: Actualite, Histoire | Étiquettes: , ,

…font leur retour, eh oui, après Guy Moquet, voici Thorez, cite par notre Président a propos des greves.Pillage en regle du patrimoine « de la gauche » (il s’etait approprie Jaures et Blum) Un peu plus, il va nous faire revivre Jules Guesde et la grande époque de la SFIO!
A l’époque, les marxistes ne faisaient pas dans la dentelle, programme cent pour cent marxiste calqué sur la Russie- il faut dire que ceux qui avaient des objections se faisaient dégager-, Solyenitsyne n’avait pas encore écrit « L’Archipel du Goulag », et on croyait encore aux lendemains qui chantent, juste après la « dictature du prolétariat ».
Mais grâce à la machine à laver l’Histoire Sarkozy-Guaino, le rouge a carrément fini par déteindre.



36 15 Quinenveut
novembre 18, 2007, 10:40
Filed under: 1

En voila un qui essaie de se reconvertir au lieu de faire grève, prenez-en de la graine bande de fainéants!



Le Peril Jeune
novembre 13, 2007, 11:12
Filed under: Actualite, Humeur | Étiquettes: , , ,

Pour ceux qui n’ont pas suivi, Finkielkraut, c’est un « polémiste », mais toujours dans le bons sens.
Prenons la reforme des universités par exemple, qu’il défend avec courage. Voici qu’il dénonce- c’est son droit- la grève et le blocage des facs, et les grévistes, ce « danger pour la République », rien que cela. Il fait mine de ne pas comprendre pourquoi une partie des étudiants s’opposent a l’introduction de fonds prives. Pourquoi refusent-ils d’écouter le bon samaritain Pecresse,et pourquoi se complaisent-ils donc dans l’infâme « clochardisation » de leurs universités- si ce n’est pas bêtise absolue? En voila un argument qui va convaincre.
Il cite en comparaison les universités américaines prestigieuses, des « havres » de paix et de bonheur, modèle que les étudiants français s’obstine a refuser. On compare la deux systèmes qui sont complètement différents. D’un cote l’université américaine, massivement financée par les fonds privés- dont une bonne partie proviennent les parents des étudiants, compter le prix d’une petite maison pour 4 années d’études- et d’entreprises, très souvent au travers de fondations, ou encore des personnes particulières fortunées, anciens élèves la plupart du temps. et qui trouvent par le biais du financement le moyen de perpétuer une sorte de prestige du a l’ancienneté et aux traditions perpétuées par chaque établissement.Les universités y sont des institutions, viscéralement indépendantes.
De l’autre le système français, finance par l’État, qui manque de moyens, mais qui assure tant bien que mal sa mission. Le recours aux financements prives propose tel que propose la loi ne donne aucune garantie sur les modalités selon lesquelles les fonds prives seront distribues.
Les universités, en manque cruel de moyens, sont dans une position de faiblesse : comment refuser d’importantes sommes d’argent pour financer tel ou tel secteur d’études, même si c’est au détriment des autres. La crainte de voir émerger des formations « rentables » et d’autres pas est bien a l’ordre du jour. Il ne faut pas rêver, nos industriels ne se transformeront pas des demain en mécènes au porte monnaie ouvert.
Les étudiants qui se révoltent contre une réforme ce n’est pas la première fois que cela se voit, surtout lorsque l’on voit la teneur des « réformes »(= toujours moins de moyens financiers et humains) ces dernières années.
Mais cette fois, la messe est dite, qu’on leur envoie donc les matraques et les gaz lacrymogènes. Et les intellectuels qui vont avec.



Nuit Brune
novembre 10, 2007, 11:06
Filed under: Actualite, Histoire, International | Étiquettes: , , ,

A Prague, en ce moment meme, quelques centaines de néonazis venus principalement de l’Allemagne voisine se heurtent à un millier d’anarchistes. Au menu des journaux télévisés: visages ensanglantés, émeutes dans les rues, tanks et policiers-robocops curieusement bien equipés dans un pays ou on est censé manquer d’argent.
Les effrayantes images de salut hitlerien refont surface, comme un vieux cauchemar. Il y a cinquante ans, c’était la très tristement fameuse ‘Nuit de cristal’, des SA déguisés en civils, pour faire croire à un soulèvement populaire, renforçaient une série déjà longue de persécutions contre les juifs. La Kristallnacht en elle-meme fit plusieurs centaines de morts, sans compter tous ceux qui moururent par la suite de cette gigantesque rafle, déportés dans les camps.
La violence de cette nuit fait écho à la violence passée, en lieu et place du devoir de mémoire et des témoignages des survivants qui aurait du marquer cette journée. Les nazis ont eu droit eux aux gros plans…les vieux démons ne sont que très légèrement endormis.

<nuit-de-cristal.jpg

Persones juives arrêtées après la Nuit de cristal



Bonnes notes
novembre 7, 2007, 9:41
Filed under: Réchauffement climatique, Reflexion | Étiquettes: ,

Récemment, je me suis mis en quête d’une machine à laver, dont mon appartement n’était pas équipé. J’ai donc épluché les catalogues et les sites internet pour trouver la meilleure à un prix raisonnable. Durant ces passionnantes lectures, vous en conviendrez, j’ai remarqué que toutes les machines affichaient avec ostentation le logo A, celui qui est censé indiquer une consommation énergétique faible. La j’ai deux hypothèses : soit tous les fabriquants ont mis sur le marché des produits vraiment écolos, soit les normes actuelles sont trop élevées, et il faudrait les remettre à niveau pour pousser les industriels à faire encore mieux.
Je penche plutôt pour la seconde hypothèse…. c’est comme la fameuse histoire des quotas de CO2 attribués aux entreprises. Le principe était de faire payer les entreprises les plus polluantes- dépassant le quota d’émissions qui leur était imposé-. Avec création d’un marche ou les compagnies les plus respectueuses pouvaient mettre en vente leur droit à polluer. Marché qui n’a pas tardé à se casser la figure, vu que les quotas accordés aux entreprises étaient trop généreux. Les grands groupes ont donc continué a polluer tranquilles, sans avoir besoin ou presque d’acheter du « droit » de polluer.
Pour avoir de bons résultats c’est simple, il suffit de se débrouiller pour faire diminuer les attentes 🙂