The Empty House


Majorette
octobre 12, 2007, 10:25
Filed under: Humeur | Étiquettes: , ,

Les voitures de l’ancien bloc communiste ont une mauvaise réputation…ô combien injustifiée! Exemple les Trabant, fabriquées en RDA, à l’époque. Un chef d’oeuvre de simplicité, hyper robuste, et tellement simple qu’on pouvait la réparer chez soi! Une voiture tupperware dont la ligne fait encore rêver- On peut toujours croiser ces modèles de légende sur les routes tchèques…

La voiture de Monsieur est avancée…

On y croise aussi pas mal de Škoda – la marque nationale-. Le mot « škoda » signifie également « dommage » en tchèque, aucune raison de s’affoler pourtant même si pour une marque de voiture on a vu mieux 🙂 .
En tout cas la petite publicité ci-dessous satisfera les gourmands.

Publicités


Bonne adresse
octobre 9, 2007, 10:02
Filed under: Blog, Humeur, Humour | Étiquettes: ,

Voila un site où j’ai déjà perdu pas mal d’heures 😉

http://www.nanarland.com



Ouverture à gauche
octobre 8, 2007, 11:03
Filed under: 1 | Étiquettes: ,

Dans le parti stalinien de la majorité, lorsque l’on soutient le gouvernement, on ne le fait pas a moitie : 80 pour cent des militants ont ainsi approuvé une motion sur l »ouverture »; la stratégie du Président- aller repêcher des vieilles gloires et éventuellement les traitres du PS- leur a visiblement plu, ils en redemandent. Ils en reprendront pour les municipales. Que ceux qui s’opposent lèvent les bras bien haut…

Pour se déhancher aux meetings de l’UMP



Pendant ce temps-la…
octobre 7, 2007, 6:20
Filed under: Actualite, Humeur, Politique | Étiquettes: , , ,

François Fillon fait semblant de s’étonner : pourquoi un tel barouf juste pour une chose aussi insignifiante que de contrôler au moyen d’une analyse ADN si les candidats au regroupement familial sont bien ceux ils prétendent être? C’est vraiment un « détail » (sic), en plus clair l’arbre qui cache la forêt. La loi contre les immigrés contient d’autres saloperies qui vont passer comme une lettre à la poste. Des « dispositions » qui rendent encore plus difficile pour un homme ou une femme de faire venir sa famille en France. Dans le style, ce texte est le quatorzième. Bientôt on interdira tout simplement le regroupement familial, vous verrez. Pourtant on ne compte qu’un peu plus de vingt mille personne entrant en France chaque année à ce motif, et ce chiffre est en baisse depuis plusieurs années. On est loin des cliches racistes véhiculés par le FN, de ces hommes forcément polygames toujours plus nombreux faisant venir en France trois épouses et une ribambelle d’enfants prêts à envahir le pays.
Mais le gouvernement n’en finit plus de faire de grosses léchouilles baveuses aux anciens électeurs du FN passes à l’UMP. Ne me dites pas que le mot « détail » ne vous rappelle rien.



Il faut savoir se serrer la ceinture
octobre 4, 2007, 9:33
Filed under: Actualite, Politique | Étiquettes: , ,

Il semblerait que les députés se soient fait une raison, ils vont devoir modifier un peu leur très avantageux régime de retraite. On va encore dire que les français ont une « passion pour l’égalité » (ah ça ira ça ira ça ira, les aristocrates à la lanterne), mais si l’on part du principe qu’il faut « réformer », il n’y a aucune raison pour que les parlementaires en soient soustraits.
Voici un commentaire éclairant- posté sur Rue 89- sur les avantages divers et variés dont bénéficient nos élus. Tout le monde n’est sans doute pas concerné, mais je parie qu’il y en quelques uns qui ne se privent pas pour en profiter au maximum :

Le député 1ère pelure. Indemnité parlementaire
Depuis le 1er juillet 2006, les indemnités mensuelles brutes sont les suivantes : Indemnité de base 5352, 97 € + indemnité de résidence 160, 59 € + indemnité de fonction 1378, 39 € = total brut mensuel 6891, 96 €
2e pelure. Frais de mandat
Pour faire face aux diverses dépenses liées à l’exercice de leur mandat qui ne sont pas directement pris en charge ou remboursés par l’Assemblée, les députés bénéficient d’une « indemnité représentative de frais de mandat dont le montant est revalorisé comme les traitements de la fonction publique. Depuis le 1er juillet 2006, le montant mensuel de cette indemnité est de 6.223 € brut.
……………………….
Ajouter l’une à l’autre les deux premières pelures (6891,96 + 6223), ça fait déjà bonbon. Mais rassurez-vous ce n’est pas terminé.
……………………….
3e pelure Exercice d’ un mandat local.
Aux termes de la loi organique n° 92-175 du 25 février 1992, le député titulaire de mandats ou fonctions électorales locales ne peut cumuler les indemnités afférentes à ces mandats ou fonctions avec son indemnité parlementaire de base que dans la limite d’une fois et demie cette dernière. De telles indemnités sont actuellement ainsi plafonnées pour un député à 2.676,49 € par mois.
4e pelure. Collaborateurs
Les députés disposent en outre d’un crédit affecté à la rémunération de collaborateurs. Calculé en principe pour trois, il peut toutefois, au gré du député, être versé au profit d’un nombre de personnes variant de un à cinq. Le député a la qualité d’employeur : il recrute, licencie, fixe les conditions de travail et le salaire de son personnel. Le crédit ouvert pour chaque député est revalorisé comme les traitements de la fonction publique. A partir du 1er juillet 2006, le montant mensuel du crédit est de 8.859 €. En cas de non emploi de la totalité du crédit, la part disponible demeure acquise au budget de l’Assemblée nationale ou peut être cédée par le député à son groupe politique pour la rémunération d’employés de ce groupe.
5e pelure . Facilités
Les facilités de circulation Déplacements sur l’ensemble du territoire national par voie ferroviaire L’Assemblée nationale délivre à tous les députés une carte nominative qui permet l’accès gratuit :
à l’ensemble du réseau S.N.C.F. en 1ère classe,
aux prestations de couchage (couchettes et voitures-lits), liées aux déplacements à l’intérieur des frontières de la métropole.
Déplacements à Paris et dans la région parisienne L’Assemblée dispose d’un parc d’une vingtaine de voitures affectées en priorité aux déplacements des délégations officielles ainsi qu’aux déplacements imposés par les travaux législatifs. Il répond, dans la mesure du possible, aux déplacements des députés liés à leurs autres obligations et effectués à partir du Palais Bourbon dans Paris ou à destination des aéroports. En outre, l’Assemblée nationale fait appel aux taxis parisiens lorsque le parc n’est pas en mesure de répondre à toutes les demandes.
Déplacements aériens L’Assemblée nationale prend en charge chaque année
s’agissant des députés métropolitains :
quarante voyages aller et retour entre Paris et la circonscription lorsqu’elle est desservie par une ligne aérienne régulière (quatre-vingts passages « circonscription »),
six voyages aller et retour en France métropolitaine, hors circonscription ;
s’agissant des députés d’outre-mer :
un crédit annuel égal, pour les députés des départements, au coût de vingt-six passages en classe club-affaires entre Paris et la circonscription et, pour les députés des territoires et collectivités territoriales, au coût de seize passages en première classe entre Paris et la circonscription ;
quatre voyages aller et retour en France métropolitaine.
Logement. L’Assemblée dispose d’un droit de réservation pour quelques appartements I.L.N. à louer à Paris.
Elle attribue des prêts pour l’acquisition d’un logement ou d’un local à usage de bureau ou de permanence, soit à Paris, soit dans la circonscription. Le montant moyen des prêts consentis aux députés, d’une durée de 10 ans à 2 %, s’élève à 76.225 € .
Elle possède à proximité du Palais Bourbon un immeuble à usage hôtelier où les parlementaires peuvent réserver des chambres à leurs frais.
Les dépenses de téléphone, courrier, télécopieur. Les communications, à destination de l’ensemble du réseau métropolitain, passées à partir du poste téléphonique installé dans le bureau des députés, au Palais Bourbon, sont prises en charge par l’Assemblée nationale. Les messages transmis par les télécopieurs mis à la disposition des députés sont également pris en charge. Les députés peuvent aussi bénéficier, sur demande, d’un forfait global de communication qui permet de prendre en charge, dans la limite du forfait téléphonique parlementaire, les frais relatifs à cinq lignes téléphoniques (fixes ou mobiles) et un abonnement d’accès à Internet, ou à quatre lignes téléphoniques et deux abonnements d’accès à Internet
Courrier. Les correspondances de nature parlementaire c’est-à-dire écrites par un député pour l’accomplissement de son mandat législatif, sont affranchies aux frais de l’Assemblée nationale. Ne bénéficient pas de cet affranchissement :
les correspondances d’ordre privé,
les correspondances présentant un caractère général ou collectif (invitations, faire-part, cartes de visites, imprimés, tracts, appels à des souscriptions, journaux).
3. Conclusion
On n’arrivera sans doute jamais en France à mettre vraiment à plat démocratiquement cette question des indemnités, avantages, retraites des députés et autres parlementaires.
Les députés, tout comme les journalistes qui semblent s’employer à taire les choses connues, se sentiront suspectés, pris pour des pourris.
En retour, les citoyens se sentiront excédentaires dans la démocratie faite pour eux. L’idéal nouveau, c’est sans doute la démocratie mais sans les citoyens.
*****************
Ce que gagne chaque parlementaire

– 80 à 90% des 1.001 parlementaires actuels, soit 577 députés nationaux, 78 députés européens et 346 sénateurs (ils étaient 321 jusqu’à l’année dernière…) sont des cumulards qui gagnent 25 à 30.000 euros par mois, voire davantage !

En tant que député, il perçoit 21.434 € par mois (140.609 francs) :

– à titre personnel, le député empoche au moins 12.881,39 € ( 84.501 francs)
– dont indemnités parlementaires brutes de 6.769,39 € (incluse une indemnité de fonction de 1.340,44 € non imposable)
– dont indemnités de frais de mandat de 6.112 € (non imposable)
– crédits collaborateurs (1) : 8.553 €

En tant que sénateur, il perçoit 21.420 € par mois (140.518 francs) :

– à titre personnel, le sénateur empoche au moins 13.219,65 € (86.720 francs)
– dont indemnités parlementaires brutes de 6.769,39 € (incluse une indemnité de fonction de 1.340,44 € non imposable)
– dont indemnités de frais de mandat de 6.450,26 € (non imposable)
– crédits collaborateurs (1) : 6.894,51 €
– subvention mensuelle groupe politique : 1.306,36 €

(1) Crédits « collaborateurs » : un parlementaire peut recruter y compris des membres de sa famille (épouse, enfants, proches parents, etc…). Une bonne partie d’entre eux ne s’en privent pas !
A ces montants s’ajoutent de nombreux autres avantages ou «facilités» :

– frais de transport gratuit,
– téléphone et courrier gratuits,
– internet gratuit,
– frais d’hôtel remboursés 100 € (656 francs) par jour, etc…

=> Le sénateur bénéficie d’emprunts immobiliers jusqu’à 152.000 € (1 million de francs) au taux ridiculement bas de 3% sur 18 ans.

=> Le député bénéficie de prêts immobiliers, jusqu’à 76.225 € (500.000 francs) à des taux dérisoires : 2% sur 10 ans.

=> Une allocation mensuelle d’aide au retour à l’emploi : 5.257,78 € !!!

A l’instar du système prévu pour les anciens ministres, les anciens députés non réélus aux élections générales peuvent prétendre jusqu’à l’expiration du sixième mois qui suit la fin de la législature à une allocation d’aide au retour à l’emploi qui leur assure, compte tenu des rémunérations d’activité ou de retraites qu’ils perçoivent par ailleurs, un revenu brut mensuel égal à l’indemnité parlementaire de base. Cette allocation est ensuite réduite progressivement.
=> Une retraite à taux plein après 20 ans de cotisations seulement. Un député peut prendre sa retraite à 55 ans. Cette pension est cumulable avec les autres retraites.

=> 50% des revenus des parlementaires échappent à l’impôt.

Les autres sources de revenus des parlementaires

– L’indemnité mensuelle de conseiller général ou régional, de 1.435 à 2.511 € (9.411 à 16.470 francs), suivant les régions ou départements. Un fauteuil de vice-président donne droit à une majoration de 40%…

– L’indemnité mensuelle de maire, ou adjoint (40% du montant) : 610 € (4.000 francs) pour une commune de moins de 500 habitants, 2.500 € (16.400 francs) pour une ville de 5.000 à 10.000 habitants, 3.228 € (21.176 francs) pour une ville de 20.000 habitants, 5.201 € (34.117 francs) pour une ville de 100.000 habitants ou plus…

– L’indemnité mensuelle de président de conseil régional ou général : 5.165 € (33.880 francs), avec, en plus, un appartement de fonction luxueux, une voiture de forte cylindrée et chauffeur de maître…

– L’indemnité mensuelle de président de communauté de communes : 75% de l’indemnité de maire ou adjoint…

Cumul des mandats, une affaire juteuse !

Bien que la loi du 25 février 1992 limite le cumul des indemnités à une fois et demie le montant de l’indemnité parlementaire de base, ce qui porte le maximum perçu en cas de cumul à 7.886,67 € nets (51.736 francs), celle-ci ne représente qu’une partie des émoluments. Le cumulard reste largement gagnant en dépassant très souvent les 15.000 euros (100.000 francs) mensuels avec les indemnités complémentaires diverses (indemnité de résidence, de fonctions, de secrétariat, de collaborateurs, sans compter les multiples avantages en nature et autres facilités (courrier, téléphone, transports, etc…).
Utilisation scandaleuse des sommes excédant le plafond des cumulards

Contrairement à ce que la logique voudrait, au lieu de rester dans les fonds publics, le surplus, au delà du plafond de 7.886,67 €, est redistribué par le cumulard lui-même, à sa discrétion, à ses copains élus du même parti ou de la même assemblée.

Les parlementaires contournent ainsi, le plus «légalement» du monde, la limitation des revenus qu’est censée imposer la loi sur le cumul des mandats. Députés et sénateurs confondus auraient fait encaisser à leur parti, grâce à ce système de financement occulte, plus de 50 millions d’euros en 2004.

Il est loin, très, très loin, le temps où les parlementaires français, désintéressés, faisaient de la politique mûs par la seule passion de servir leur pays et leurs concitoyens.
Aujourd’hui, être élu député ou sénateur est une affaire juteuse. D’autant plus lucrative qu’elle n’empêche pas (ou presque) de cumuler d’autres revenus provenant de divers mandats locaux ou fonctions exécutives.

Et en plus ils passent à la télé!



Délices d’initiés
octobre 3, 2007, 10:29
Filed under: Actualite, Politique | Étiquettes: , , ,

On l’apprend aujourd’hui dans les journaux, l’AMF, l’autorité régulant le marché financier français spupconne plusieurs dirigeants d’EADS d’avoir vendu leurs titres, comme par hasard, juste avant que le cours ne s’effondre- on avait appris à ce moment là des retards dans la livraison du dernier modèle d’Airbus-. Cela ressemble fort au classique délit d’initié, pratiqué joyeusement par nos élites politico-financières, très fortement imbriquées- embrassées même maintenant sous la houlette de Notre President.
Là où cela pourrait devenir intéressant, c’est que la société, je vous le rappelle est dirigée collectivement par l’Etat français, Noel Forgeard pour la période concernée et L’état allemand, en la personne de Gustav Humbert. On voit mal comment l’Etat étant lui même un des actionnaires principaux d’EADS, à hauteur de 15 %, pouvait ignorer et d’un, les difficultés du groupe, et de deux, ne pas « voir » que cette vente était curieusement bien placée.
Mais silence sur le sujet. Il faut dire que parmi les actionnaires qui ont vendu se trouve le groupe Lagardère- on ne touche pas aux amis-. Silence aussi sur le fait que 5 pour cent du capital d’EADS ait été vendu a une banque russe, « proche du Kremlin ».
Heureusement pour les principaux protagonistes, Nicolas Sarkozy rêve de faire disparaître le délit d’initiés des cours de justice. Il a du momentanément faire profil bas face à une levée de bouclier. Mais vu l’ampleur que prendra forcement l’affaire, il faut s’attendre à d’autres attaques en règle contre le droit.

Chez EADS, les dirigeants n’ont plus besoin de golden parachutes



Hyperballad
octobre 2, 2007, 11:06
Filed under: Humeur, Musique | Étiquettes: ,


« i go through this
before you wake up
so i can feel happier
to be safe up here with you »