The Empty House


A vendre
octobre 31, 2007, 11:27
Filed under: 1 | Étiquettes:

Si vous êtes à la recherche d’un petit loft de 5000m2 à St Cloud… le FN vend son QG.
Le parti des Le Pen- père et fille- est en faillite. Faute d’avoir obtenu 5 pour cent des voix aux municipales -et donc d’empocher la dotation de l’Etat-, le Front National va devoir se séparer de son siège, des visites sont déjà organisées! C’est dire que l’argent manque dans les caisses, malgré l’appel aux dons lancé désespérément par le Pen lui-même. Il ne doit donc plus rester beaucoup de petits vieux dont il puisse espérer l’héritage pour faire remonter la pente à son parti. Le pauvre.
En évoquant la possible vente du « Paquebot » Marine le Pen a eu cette phrase curieuse :

« on cherche toujours une autre solution », a poursuivi Marine Le Pen. « Nous n’avons pas encore atteint le deadline, nous avons encore environ deux mois ».

Malheureuse! Deadline, c’est du bon français, ça ? A-t-elle oublié que Jeanne D’Arc a bouté courageusement les Anglais et leur langue honnie hors de France? Il y a des valeurs qui se perdent- ou qui sont récupérées par d’autres-. Le FN n’a pas fini de brader son fond de commerce.

Publicités


Protect me from I want
octobre 29, 2007, 11:47
Filed under: Humeur, Musique | Étiquettes: , ,

Protège-moi de mes désirs….



CNE-suite et fin
octobre 28, 2007, 10:12
Filed under: Actualite, Politique | Étiquettes: , , ,

Le CNE, genialissime idée du gouvernement Villepin, est sur le point d’être abandonné par les patrons eux-mêmes. Pourtant, ce nouveau contrat « révolutionnaire » pour les petites entreprises-deux ans de période d’essai, licenciement possible dans ce délai sans avoir à fournir de motif- on l’aurait presque cru sorti des discours ultra-libéraux de Laurence Parisot.
Et pourtant, si l’on fait le compte, les entreprises ont relativement peu utilisé le CNE. Sur les 440,000 CNE signés entre 2005 et 2006, seuls 10 pour cent correspondent véritablement à de nouvelles embauches non prévues. La grande majorité des patrons interroges ont déclaré que avec ou sans le CNE, ils s’apprêtaient à embaucher de toute façon -Voir ici. Au total, seuls 35,000 emplois nouveaux auraient été crées, un peu juste pour une mesure qui devait booster l’économie.
Voila de quoi donner l’estocade à ce contrat bancal, déjà largement désavoué par les prud’hommes : l’organisation international du travail (agence tripartite de L’ONU) s’apprête à le condamner officiellement : l’absence de motif fourni lors du licenciement est contraire à sa constitution. On remarque au passage l’opportunité pour le Medef de renoncer à un contrat qui sera de toute façon bientôt inapplicable- puisque non conforme à un traité international que la France a signé …



The road not taken
octobre 22, 2007, 10:37
Filed under: Humeur, poesie | Étiquettes: ,

Two roads diverged in a yellow wood,
And sorry I could not travel both
And be one traveler, long I stood
And looked down one as far as I could
To where it bent in the undergrowth;

Then took the other, as just as fair,
And having perhaps the better claim,
Because it was grassy and wanted wear;
Though as for that the passing there
Had worn them really about the same,

And both that morning equally lay
In leaves no step had trodden black.
Oh, I kept the first for another day!
Yet knowing how way leads on to way,
I doubted if I should ever come back.

I shall be telling this with a sigh
Somewhere ages and ages hence:
Two roads diverged in a wood, and I—
I took the one less traveled by,
And that has made all the difference.

Robert Frost, 1920.

The road not taken



Nocturne VII
octobre 21, 2007, 4:24
Filed under: Ecrits

Pour les épisodes précédents, entrer « Nocturne » dans le moteur de recherche

Il y a quelques années, pour peu que l’on me paie suffisamment, je venais dans les universités évoquer ma réussite personnelle. Mes interventions étaient très appréciées : je donnais aux futures élites des raisons de croire que leur part du gâteau ne leur serait pas refusée; je rassurais les parents qui s’étaient acquittés d’une lourde somme pour placer leurs enfants au bon endroit. Je parlais de profit, de pouvoir, très peu de travail.
J’avais travaillé, oui, par le passé. Des nuits passées à lire, relire et corriger des chiffres, jusqu’à l’ecoeurement; j’échafaudais en silence des projets que d’autres s’approprieraient. Ce fut une course en avant, sans but précis, sinon celui de m’en sortir. Et puis il y a onze ans de cela, Jan Crellius prit la direction d’AKN Mycom. Il etait venu avec une vision : en premier lieu se débarrasser de ses rivaux potentiels. Il désirait une nouvelle équipe qui ne lui ferait pas trop d’ombre; je fus appellé à le rejoindre. Je n’avais aucune affinité avec le vieux Jan, il s’agrippait à ses privilèges de ses mains usées, et ne prêtait au reste qu’un tyrannique mépris. Il aimait par dessus tout voir s’agiter devant lui son armée de pantins, comptait les honneurs et les compliments, dressait des classements ou il se voyait toujours au sommet.
Je bouillonnais encore de hargne et d’envie d’en découdre, je le combattis, avant d’apprendre à me plier en toute circonstances. Des lors, ma progression ne fut plus entravée, d’années en années, j’accédai a des postes de plus en plus prestigieux. Mais il ne s’agissait que de coques vides puisque Crellius prenait toutes les décisions, vérifiait tout, parcourait les rapports avec un appétit vorace.
Il y a un an, je l’ai retrouvé, allongé sur son bureau. On lui avait fourré des papiers dans la gorge, il en était mort.
J’ai eu des soins pour lui qu’aurait pu avoir un fils. Je l’ai redressé, rhabillé, fait disparaître le sang au coin de ses lèvres. J’ai fait ce que l’on attendait de moi, sortir de l’ombre, prendre les choses en main. J’ai congédié la police, rendu le lendemain visite à la fille de Crellius dans son appartement de l’Arche. Comme je l’espérais, elle n’avait aucune envie de reprendre la direction de la compagnie; je lui proposai donc de me la céder. Deux jours plus tard, je recevais ma nomination, sans surprise. Je la reçus comme quelque chose que j’avais désiré et mérité, mais sans joie.
J’ai bien travaillé. Désormais, depuis mon bureau immense, je reçois des messages dont je ne sais s’ils proviennent de personnes réelles ou de systèmes automatisés. J’approuve ou je désapprouve au hasard. J’ai réussi à me persuader que ce je fais n’a aucune substance, que ce n’est pas réel. Il suffit de presser une touche, le reste importe peu.

Fractal Flasher, Nam June Paik, 1994



Moins value
octobre 17, 2007, 9:02
Filed under: Actualite, Politique

Perdre de l’argent en vendant un bien? Facile, l’État vous donne la solution : vendre un immeuble à un fonds américain pour 103 millions d’euros, et le racheter 4 ans plus tard pour 325 millions d’euros. Les prix de l’immobilier sont montés en flèche à cette période, nous explique-t-on. Ah. La droite est censée être une meilleure gestionnaire que la gauche, elle va sans doute pouvoir nous expliquer pourquoi on brade le patrimoine national pour le racheter ensuite presque 3 fois plus cher.
Mais non, au lieu de cela, un membre de la commission chargé d’élucider l’affaire, se contente de féliciter le groupe d’investissement Carlyle : « Vous avez fait au total une belle opération ». On est bien contents pour eux.
La corruption -ou la connerie- vont finir par coûter bonbon.



Mode d’emploi pour ne rien changer
octobre 13, 2007, 7:54
Filed under: Actualite, Politique | Étiquettes: ,

Le président a fait savoir aux membres du comité Balladur pour la « réforme des institutions » qu’il fallait qu’ils se remuent un peu le popotin. L’hyperactivite de Sarkozy n’épargne personne, même le ronflant Balladur a accepté de se dépêcher. Ce n’est pas tout ça, mais il y a les municipales en 2008, et une réelection en 2012 à préparer. Les Français voulaient de la reforme, on va leur en donner, et vite.
Sauf que c’est le « big plouf ». A part consacrer la prédominance du President de la Republique, de renforcer ses droits ex. placer ses amis dans des postes divers et variés, le comité évite de se mouiller sur les sujets les plus importants : la proportionnelle, et l’interdiction du cumul des mandats. Beacoup de députés cumulant plusieurs fonctions, je vois mal comment ce texte aurait pu etre voté de toute facon. Ils décideront pour eux-mêmes, comme d’habitude.
Nous n’aurons pas non plus d’impeachement à l’américaine, alors que le President conserve le droit de dissoudre l’Assemblée Nationale. Vive l’equilibre entre les pouvoirs!