The Empty House


Et hop!!
août 31, 2007, 10:04
Filed under: Non classé

Mouvement latéral : je passe à l’Est. Deux ou trois jours d’absence le temps de me poser en République Tchèque.

Publicités


Du neuf avec du vieux
août 31, 2007, 12:02
Filed under: Actualite, Politique

Aujourd’hui, le président de la République a présenté son programme économique devant des representants du Medef.
En même temps, on peut comprendre qu’il n’aie pas choisi en cette occasion un parterre de syndicalistes ou de journalistes faisant correctement leur metier. Ce fut en effet une réunion entre gens de bonne compagnie, le tout baigna dans un doux consensus, entretenu par les délicates attentions de Nicolas. Il a déclaré son béguin aux entrepreneurs, qui l’ont manifestement écouté avec ravissement : à en croire les déclarations enthousiastes des participants à la sortie, le discours fut même emballant.
Pour le contenu, pas de surprise, au contraire, que du déjà-vu : le small business act qui vient des USA-mesure protectionniste-, des crédits d’impôts, la fin des 35 heures et la rupture d’avec:

[…) l’idéologie de la fin du travail, avec cette idée fausse que pour donner du travail à tout le monde, il faut partager le travail, avec cette politique de dévalorisation du travail qui depuis trente ans s’efforce par tous les moyens d’empêcher les Français de travailler ».

Dans ces trente ans, il doit forcement compter les années où l’UMP était aux commandes de l’Etat…? Chirac doit apprecier. C’est la magie de l’effet Sarkozy, nous faire croire qu’il sort de nulle part alors qu’il officie en politque depuis une trentaine d’années, et que comme chacun sait, il a été membre du gouvernement précédent.
Il va faire baisser les prix, déclare-t-il également; ce à quoi les responsable de la grande distribution ont d’ailleurs opposé une fin de non recevoir. Il leur a déjà forcé la main en 2004, et les accords signés à cette epoque, concernant une baisse des prix de 2%, n’ont été que très partiellement appliqués.
Enfin, des économies, là aussi, une idée qui n’a rien de revolutionnaire : ne pas remplacer les fonctionnaires qui partent a la retraite, sans réflexion, comme toujours d’ailleurs, sur les services où il serait plus opportun de supprimer des postes que d’autres.
Il ne manquait plus que le traditionnel allègement de charges, pour qu’on se soit cru encore sous Chirac…zzzzzz



Les Gracques sont de retour
août 26, 2007, 3:51
Filed under: Actualite, Politique

Pour mémoire, les Gracques c’est un groupe d’intellectuels- anciens membres de cabinets de gauche-dont le but est de rapprocher le PS et le Modem de François Bayrou. Ce furent également deux réformateurs de la Rome Antique-Tiberius Gracchus et Caius Gracchus-, au 2eme siècle avant notre ère, qui avaient entrepris de redistribuer les terres publiques en faveur de la plèbe, avec saisies a la clé, une sorte de « collectivisation » avant l’heure. Leur projet n’a pas plu aux patriciens qui en possédaient la majorité, et ils se sont fait assassiner.
Je me demande s’ils ont choisi cette référence antique par rapport a l’idée de reforme, ou sur le cote plus ou moins « gauchisant » de la chose. Si l’on voulait ricaner un peu, on pourrait aussi dire que leur tentative , comme l’autre, est vouée a l’échec.
Si l’on voulait rapprocher le PS et le Modem, il faudrait avaler nombre de couleuvres qui se cachent sous le discours apparemment bonhomme et « de bon sens » de l’homme des Pyrénées.
Ex dans ses propositions. Rendre l’apprentissage de la « loi » a l’école, la détaxation des heures supplémentaires- tiens j’ai déjà eu l’impression de voir ça quelque part-, exonération des droits de succession etc…
Noter au passage le ton de « bonne volonté » cul-cul : le racisme c’est mal, la guerre c’est pas bien, il faut sauver les retraites ; et la langue de bois : « il faut refonder notre politique culturelle ».
En plus d’une alliance qui ne serait pas très rentable (voir le score du Modem aux élections législatives), il s’agirait d’une véritable bourde sur le plan politique- comme celle de Segolene Royal a la veille du second tour-. La gauche à mon sens, doit demeurer la gauche, elle ne doit pas s’enliser dans le conservatisme mou a la Bayrou, pour finalement devenir une droite bis édulcorée.

Cesar2

César se fit proclamer roi et dieu, une autre source d’inspiration venue de l’Antiquité?



Jardin d’acclimatation
août 25, 2007, 1:08
Filed under: Humeur

Je tente de survivre dans l’hiver breton ( 2o degres maximum, a comparer aux 4o de Valencia), et du fond de ma couette- telle une journaliste de TF1, je sais prendre des risques-, je vous livre mes premières réflexions :

    * Les gens parlent d’une manière étrange- ca me le fait chaque fois que je reviens- et ils ne s’engueulent même pas dans la rue

    * Les rues sont vides a 1h du matin!

    * Plus de feux d’artifices tous les jours en pleine journée

    * Finie la sangria, retour au cidre

    * La tenue règlementaire du touriste : t-shirt a rayures bleues et blanches et imper jaune

    * le soleil n’apparait qu’une fois par an ce qui donne lieu a d’immenses réjouissances populaires

    *Le prix des consommations – sur le port de Vannes- empêche surement l’homme celte de se desalterer apres des heures de chasse au bigorneau.

    * Froid

    *Re-froid

    * Nous n’avons pas ete épargnes par le président de la République qui est venu se faire applaudir a un enterrement!



Adios Valencia
août 12, 2007, 10:32
Filed under: Non classé

Ce soir c’est ma dernière nuit a Valencia….comme ceux qui ont suivi le savent deja, je rentre a Prague debut septembre, en faisant tout de même un petit détour par la Bretagne!
Je serai absente de ce blog une petite semaine environ, mais revenez en masse, je vous raconterai mes premières impressions de retour au pays!

Poissons



No more « My Lais »
août 10, 2007, 11:29
Filed under: Histoire

En 1968, la guerre fait rage au sud Vietnam. Les États-Unis, se sont largement impliqués dans le conflit opposant le Nord Vietnam communiste, sous le commandement d’Ho Chi Min, au Sud, présidé,dans un premier temps par Ngo Dinh Diem, un fervent anti-communiste, choisi par le gouvernement américain pour prendre la tête du pays, et soutenu par l’armée américaine. Le Sud est en proie à une grande instabilité, aggravée par l’assassinat de Diem en 1963. Les milices Viet Cong, financées et équipées par des sympathisants communistes et par l’armée du Nord, mènent une intense guérilla pour renverser le régime.
En 1964, rompant avec la politique de non intervention-et de défense- de ses prédécesseurs, et après des attaques essuyées par des navires américains, Lyndon Johnson fait voter la résolution du golfe du Tonkin, qui autorise le président à mener des opérations militaires sans déclarer la guerre. Une guerre qui ne dit pas son nom, en quelque sorte. L’opinion publique soutient dans un premier temps cette intervention, croyant à une victoire rapide. Les citoyens sont également persuadés que la guerre au Vietnam s’inscrit dans un lutte plus globale contre le communisme.
Le nombre des soldats présents sur le terrain augmente rapidement pour atteindre environ 550,000 en 1969, contre environ 70,000 insurgés Viet Cong. Ils ont toutes les difficultés pour contrer ces ennemis mobiles et largement soutenus par la population. Les bombardements intensifs qui frappent au hasard les civils accentue l’hostilité contre les américains.

En ce jour de mars 1968, les soldats de la « Charlie’s Company » sont partagés entre tristesse et envie de vengeance . La veille, l’un des leurs a été tué, quelques autres blessés, en sautant sur une mine artisanale. Après le service religieux, le capitaine Medina leur a désigné une nouvelle cible, le village de My Lai. Il leur assure que les femmes et les enfants auront quitte les lieux, et qu’ils auront seulement l’ennemi à combattre, des huttes à dynamiter ou à brûler. Des objectifs clairs, qui ne sont en fait que des mensonges destinés à remonter le moral des troupes.
Les soldats de la compagnie sont des conscrits pour la plupart, très jeunes, et mal formés. Ils n’ont tenu aucun compte de la formation « express » de deux heures qu’ils ont reçu sur la Convention de Genève et les droits des prisonniers; en règle générale, les soldats avaient d’ailleurs peu de respect envers les populations locales.Avant My Lai, nombre d’entre eux avaient deja commis de nombreuses exactions, restées impunies, dans des villages : viols, meurtres étaient monnaie courante. Le matin du 16 mars, ils vont perpétrer un massacre odieux.
A 8 heures du matin, les soldats de la compagnie « C » pénètrent dans le village, peu après, les premières victimes tombent; des hommes âgés sont attaques à coups de baionnette. Deux heures passent et les victimes s’accumulent, dans le chaos. Une centaine de vieillards, de femmes et d’enfants se réfugient dans un fossé, ils seront impitoyablement assassinés.
A midi, il ne reste plus rien du village de My Lai. Sur ses 700 habitants, 500 ont été tués.
Il faudra un an pour que le public prenne enfin connaissance de cette atrocité. Les clichés du photographe de guerre Ronald Haeberle-présent sur les lieux-, publiées dans Life provoquent un immense scandale.
L’armée, forcée d’enquêter sous la pression populaire, recueille des milliers des pages de témoignages, provenant de centaines de témoins. Cependant, seulement deux hommes seront jugés pour les faits, le capitaine Medina, et le Lieutenant Calley, qui avait ordonné que l’on tire sur les civils dans le fossé.
Au terme d’un procès confus, Medina sera acquitté. Calley lui sera condamné à la prison a vie, avant d’être libéré par le président Nixon.
Pour avoir une idée de la monstrueuse irrationalité dans laquelle avaient basculé les soldats, voici un extrait du procès de Calley. Il s’agit de l’interrogatoire d’un des témoins, ayant participé au massacre, mais non inquiété car ayant quitté l’armée depuis-

Q: What were the children in the ditch doing?
A: I don’t know.
Q: Were the babies in their mother’s arms?
A: I guess so.
Q: And the babies moved to attack?
A: I expected at any moment they were about to make a counterbalance.
Q: Had they made any move to attack?
A: No.

A la suite de l’immense émotion provoquée par le crime, la majorité de la population américaine s’opposera à la poursuite de la guerre. L’armée par la suite adopta le mot d’ordre suivant : No more My Lais… A méditer.

sources :
Wikipedia
law.umkc.edu
vietnamwar.com



Sur le Rocher
août 8, 2007, 11:07
Filed under: Humeur, Medias

A Monaco, il ne vaut mieux pas sortir de l’image glamour « casinos, voitures de luxe, famille princière passionnée par le cirque- ce qui est très peu classieux à mon avis, bref- »
L’auteur du « Monaco Politic Circus » l’apprendra à ses frais. Son site brutalement ferme, ou il traitait Albert II de « chef clown » -insulte horrible vous en conviendrez- lui vaudra peut être une condamnation a la prison ferme pour 6 mois.
Qu’on se le dise, on ne rigole pas a Monaco! En même temps, lorsqu’on voit que récemment, un jeune s’est fait condamner à 4 mois de prison, ferme toujours, pour avoir crié en public qu’il « niquait Sarkozy » etc…, les autorités monégasques n’ont aucune raison de se gêner!
Et la liberté d’expression dans tout cela? Eh regardez! On vient d’apercevoir Cécilia Sarkozy a Wolfeboro!